Quelles possibilités de prises en charge et de remboursement des consultations de psychologie et psychothérapie ?


Une thérapie est un investissement sur soi. La santé inclut la santé mentale et il est essentiel de prendre soin de son psychisme. Voici les quelques possibilités de prises en charge financière que nous propose l’Etat.
A noter : je ne suis pas conventionnée CPAM (plus d’informations ci-dessous).
Plante verte decoration

Les différents moyens mis à disposition

  • Les complémentaires santé (mutuelles) proposent souvent des remboursements de séances au forfait.

    Les conditions de remboursement peuvent être différentes selon votre complémentaire santé. En effet, il est fréquent que votre contrat stipule que la consultation soit :

    → Effectuée par un psychologue enregistré au répertoire Adeli,

    → Justifiée par une ordonnance de soin de votre médecin généraliste (moins fréquent).

    Pensez à demander une facture à votre psychologue. En effet, vous devrez avancer le coût de la consultation pour vous faire rembourser par votre mutuelle.

    À savoir : Selon votre mutuelle, les taux de prises en charge peuvent changer. Certaines remboursent la totalité de quelques séances et d’autres ne remboursent qu’une partie de chaque séances.

    Rapprochez-vous de votre mutuelle pour plus de renseignements.

    Ci joint, une liste non exhaustive des possibles remboursements de mutuelle :

  • Les personnes âgées entre 15 et 26 ans bénéficient du Pass Santé Jeunes proposé par MaRégionSud.

    Il s’agit de 4 coupons « Consultation Psychologique » utilisables chez un.e psychologue inscrit.e au répertoire ADELI et exerçant en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

    Pour en bénéficier, il faut être inscrit dans l’un des établissements suivants :

    • Un lycée,
    • Un centre de formation d’apprentis (CFA)
    • un établissement de formation sanitaire et sociale,
    • un établissement d’enseignement supérieur,
    • une mission locale,
    • à Pôle Emploi,
    • en stage de formation professionnelle,
    • en contrat de professionnalisation,
    • en contrat Emploi d’avenir,
    • ou encore au service civique en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Dispositif MonParcoursPsy : depuis 2022, le gouvernement à mis en place un dispositif de prise en charge de 8 consultations par an chez un psychologue. Cette mesure, arrivant à point, juste avant les présidentielles, présente plusieurs problèmes :

    → Ce dispositif exclut la majorité des souffrances psychiques. Par exemple, si vous avez déjà été suivi par un psychiatre, ou déjà été sous anti-dépresseurs ou anxiolytiques, si vous souffrez de troubles du comportement alimentaire, si vous avez des idées noires, si vous avez vécu des traumatismes, (liste non exhaustive)… vous êtes exclus du dispositif. Autrement dit, vous avez droit à une prise en charge, uniquement si vous être légèrement déprimé.

    → Ce dispositif vous rembourse en réalité une séance d’évaluation, puis 7 séances de psychothérapie. Il est difficile d’atteindre des résultats pérennes en 7 séances.

    → La sécurité sociale ne rembourse pas la totalité des séances, mais uniquement 60%, le reste étant à la charge de votre mutuelle. Si vous n’en avez pas, vous devrez payer. Les plus démunis sont donc privés de cette mesure.

    → Ce dispositif ne respecte pas le code déontologique des psychologues et nous contraint à travailler sous la tutelle des médecins généralistes, non formés en psychopathologie.

    → La sécurité sociale impose un tarif de 30 euros pour les consultations de psychothérapie. Cette rémunération brute ne tient compte ni des charges des professionnels libéraux (environ 50%) ni des nombreuses heures de travail hors séances (séminaires, supervisions, rédactions de comptes rendus,…). Je serais contrainte de prendre des patients à la chaine et je ne pourrais plus actualiser mes compétences dans des formations reconnues. La qualité de mon travail en serait terriblement impactée.

     

    Comme 97% des psychologues, je refuse ce dispositif, par respect pour mes patients et pour ma profession. Je suis pour la prise en charge des consultations psychologiques, mais je souhaite pouvoir continuer à travailler décemment. L’état doit prendre ses responsabilités dans la destruction de notre système de soin et proposer d’autres solutions, comme par exemple investir dans les Centres Médicaux Psychologiques.

    Lire l’article de Radio France : « MonParcoursPsy est un flop »…

  • Pour un suivi psychologique totalement gratuit, vous pouvez vous diriger vers les structures publiques de votre ville où des psys exercent. Néanmoins, les services publics étant relativement surchargés, le temps d’attente avant d’obtenir un RDV peut être de plusieurs semaines à plusieurs mois.

    Pour les enfants et adolescents :

    Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP), Centre Médico-Psychologique (CMP), Centre de Guidance Infanto Juvénile (CGI), CAMSP, psychologue scolaire, Maison des adolescents (MDA), Planning Familial, Point d’accueil Ecoute Jeunes (PAEJ).

    Pour les adolescents et jeunes adultes :

    Bureau d’Aide Psychologique Universitaire (BAPU), Maison des adolescents (MDA), Planning Familial, Point d’accueil Ecoute Jeunes (PAEJ), Mission locale, CMP/CMPP.

    Pour les adultes :

    Centre Médico-Psychologique (CMP) ou les associations et dispositifs d’aide psychologique.

  • Les remboursements d’une consultation chez un psychiatre varient selon plusieurs critères (secteur de conventionnement, parcours de soins, types d’actes etc.). Il est donc parfois difficile de s’y retrouver et de savoir combien vous allez devoir payer de votre poche. Pour en savoir plus sur les différentes prise en charge de la sécurité sociale pour la psychiatrie, cliquez ici.